Le journal de Sophie Roche

13 octobre 2000

Ce temps vient, quand on est forcé de se déplacer. Pas à cause de la vie à l’étroit, et pas pour chercher de la bonne vie. Non, ceci parce que ces temps est bien arrivé.

Lima, c’était une ville comme autres, avec de gaité et joi, de douleur et misère. Alors, j’ai me bien installé après sept ans, mais quand Raúl m’a demandé je savais immédiatement.

C’est à cause de ça j’ouvrit un livre blanc nouveau pour tenir un journal nouveau dans une ville nouvelle, la ville qui s’appelles Santa Cruz.
Ma vie commence de nouveau.

14 octobre 2000

Grâce à Raúl, le gentil, je ne suis pas forcée de quitter mon intérêt pour l’Élysée. C’est vrai que nous ne sommes pas nombreux, mais je pense bien que nous avons besoin de ça. Quand j’ai lui demandé, il a dit que c’était une proposition brillante, et en même temps, il m’a donné la responsabilité de tout l’engagement ! Quelle fortune et quel point d’honneur!

Apparemment il me remettra pouvoir absolu de l’Élysée à venir. Donc, je vais le dessiner, et puis, je vais agir la gardienne. Je m’inquiéte, mais j’ai decidée, je réussirai à cette tâche.

J’ai vu quelque chose curieuse. Assis au trottoir (ma siège préférée), de sous le réverbère j’ai le vu – un nuance bleu tellement forte, et un rouge foncé vibrant toutautour ces deux filles. Ma 1ère pensée – sœurs. Bien sûr. Pourtant, la passion differait. Les temps changent. Les filles aussi ? Autrefois les hommes se cachaient de société, aussi bien, j’ai déjà les vu. J’éspere bien que je ne perde pas mon don.

16 octobre 2000

J’ai déjà beaucoup des idées. Raúl a dit q’une chambre propre est OK. Je le trouve un petit peu ennuyeux. Une chambre seulement ? Je laisserai construer – presque le moitié de la cave – ce devient ma chambre. Plusieurs pièces, une grande salle de séjour, une salle de bain, une chambre, une penderie et derrière les vêtements, encore une chambre. La vraie chambre.

La Comédie Divine sera la clé. Un ascendeur descendra, passant un miroir d’espionnage avec une vue du vestibule. Je n’ai pas peur des autre – de plus, j’aime bien d’ils regarder et contempler.

Naturellement, je ne le révéle pas mes projets pour ne personne. Il y a des choses qu’on faut tenir secret.

18 octobre 2000

J’ai vu un homme débauché allant à la maîtresse. J’ai presque pleuré. Les cartes m’a dit que troubles en papier viennent. Ils sont trop diffus. Je commence à soupçonner que un mal puissant se tiens ici. Je me faire du mauvais sang.

19 octobre 2000

J’ai trouvé la position parfaite pour l’Élysée ! Je suis allé pour reconnaître et la, je pouvais vraiment sentir l’énergie de notre espèce. C’est prédestiné ! Donc, je laisserai élever dans un lot avec un prêt charpent d’une maison. Alors, Raúl finance tous. J’ai déjà téléphoné l’entreprise de bâtiment, les ouvriers viennent demain. Je suis très enthousiaste !

20 octobre 2000

Peut-être je sentais le trouble de vieux temps avant-hier. Je connais bien Miguel et les autres. Raúl m’a raconté de quelle manière ils ont anéanti la menace constituée par le Sabbat. Je comprenais qu’il n’a pas raconté tout la vérité. Je me demande : qui a tué Miguel, et comment ?

Apparemment, le sire présomptif de Raúl et le commanditaire de Nazario (c’est-à-dire l’homme qu’ils appelent « le Grand V. ») a beaucoup de agents de liaison… Agents dangereux.

Puisque je ne peux pas rancontre les ouvriers en plein jour, quand ils sont arrivés, j’ai demandé Juan, le serviteur de Raúl, de saluter et révoir le travaille de temps en temps. Vers le soir, quand je suis reveillée, je suis y allée toute de suite pour le voir. Je suis content. Encore quelques journées et l’Élysée est prêt !

21 octobre 2000

J’ai fait bien de cela. Je le sais bien. C’est-à-dire, le morceau… Le morceau de papier… J’ai le mangé, et puis, j’ai le dégobillé dans la toilette chez Raúl. Pourquoi ? Je ne sais pas. Je sais, et pour moi, ça suffit. Les autres, surtout l’étrangère Salmissra me blâme. Ils comprennent pas ! Maintenant, la femme méchante ne peut pas le trouver.

J’ai tiré la chasse.

Mal a visité mon estomac. Je suis souillé, mais j’ai fait bien.

24 octobre 2000

C’est dur, la vie malmort. Un homme qui s’appele Rodrigo a trouvé encore un morceau et le Prince a dit qu’il faut les producer. (Je ne comprens pas pourquoi il écoutes les Setites. Il est completement fou.) Rodrigo ne voulait pas le vendre, mais on a de la chance du gagner dans un duel. Alors, nous a fait venir Lupe, l’homme affreux, pour ça. J’ai inventé que Rodrigo a lui dénigré. La bête etait bien entraîné, mais il a se sauvé et Rodrigo etait furieux ! Nous avons promis à trouver un autre combattant, et pendent que Marcel a se battu j’ai pénétré par effraction dans l’appartement de Rodrigo et volé le papier. Pour le 1ière fois, j’ai commis un délit. Un acte illicite. C’est horrible !

28 octobre 2000

Oui, l’Élysée est prêt. Je suis exalté, biensûr, mais je pense toujours de l’avenir. Tout a coup, c’est fini. La « vie ».

C’est bizarre, un homme a coupé un morceau de ma veste de fourrure ! Je ne sais quoi à croire.

30 octobre 2000

Il n’y a pas de fini de la souffrance. La femme mechant. Le serpent. La douleur. Elle a fui. J’ai privé elle de la poupée. Mais j’ai peur. J’ai jamais senti souffrance comme ça.

1 novembre 2000

Mon cher, cher journal. J’ai pas ecrivé hier, et le raison – j’etais tellement boulevresé. J’ai me bien repris, mais la journée suivant, ben… parfois le soif… justement reveillé on est…

Aucun ne peux pas me reprocher comme moi-même. Je devrais être plus prudent – je le sais bien. Avec mon petit… alors… qu’est-ce que je dis… ? C’est pas un petit problème, c’est une problème gigantesque. J’aime bien ma « comprèhension », mais c’est dur. Je ne peux même pas me nourrir sans les images. Cette fois, ils sont effrayés. Parceque j’habite dans l’Élysée, on faut se discipliner, mais… le soif…

J’ai le vu, l’histoire de lui. Environ onze ans, le curé, chaque dimanche. Je me sentais mal. Mais il quitté pas sa foi, le pauvre. Je veux il aider, mais je croix qu’il port une haine de nous. Une haine etouffé par les chaînes de Raúl. J’ai vu que la 1ère rencontre avec une de nous n’etait pas bon. Une personne qu’il aimait été enlevé par ces « diables »… Il n’a jamais revu. Puis, il etait souvent courbaturé. Mais je sentais une nouveau amour, de quelle sorte, je ne sais. Le reste, c’est une masse des pensées pas penséss, des idées pas prononcées et des opinions inexprimées. L’incertitude et le chaos obscur. Désagréable, c’est seulement la prenom. Mais il est un brave homme.

Aussi, il y a des images au prevoir. Peutêtre ces qu’il ya a de plus grave. En aidant un jeune homme mortel d’échapper, il se condamnera à mort. Je veux il aider, mais je déjà fait trop. Maintenant, c’est laisses faire. Je vais consulter les cartes de cela. J’espere bien que ce, que j’ai vu, n’est pas la vérité.

Raúl m’a réprimandé, mais je ne pouvais pas entendre. J’avais la tête qui tourne. « Il ne convient pas que la guardienne d’Élysée viole les règles d’Élysée »… Je comprends, Raúl, mais Juan, le pauvre, est le seul qui perdra.

2 novembre 2000

Des habitants d’avant sont revenu. Il m’amusera, les études des eux. Fernanda a introducée un homme qui s’appelles Walter Ferguson… Il y a une histoire derrière ce visage. C’est certain.

En beaucoup, il y a une ressemblance entre moi et Fernanda mais je croix qu’elle est une maître de soi plus que moi et plus douée. Elle vouliat émmenager, et plein d’hospitalité, Raúl et moi avons accepté. Avec le fauteuil roulant c’est mieux pour des réunions si on habite déjà à l’Élysée. Fernanda est une personne qui je n’ose jamais d’« étudier ». Elle a subi beaucoup. Mais elle est forte. Une survivante.

Un Shérif est retournée aussi ! Elle s’appeles Sarita. Le ville a bien besoin d’un Shérif. Je ne pense pas qu’elle et l’autre Toreador etait si enchanté de moi…

5 novembre 2000

Pour trois jours je restais à l’intérieur. Je m’inquiéte. J’ai vu un oiseau avec seulment une aile. Elle voulait voler, mais pouvait pas. Au fin, elle est crevé. C’est une mauvais augure, de certain.

Et aujourd’hui, quand j’ai demandé les cartes… Les 5 des coupes et Le Tour. Je ne sais pas quoi, mais c’est grand. Un grand changement.

Se även

Sophie Roche

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License